NATUR'HOME

REGIME THYROÏDE



La thyroïde, c'est le gendarme de notre corps. Lorsqu'elle connaît des dysfonctionnements, c'est tout notre organisme qui se voit chamboulé : prise de poids, fatigue, constipation.

Pour venir à bout de ces désagréments vous pouvez:


- Arrêter de grignoter: Problème de thyroïde ou pas, cette habitude est une ennemie de l’équilibre alimentaire et perturbe le métabolisme.

- Construire son repas: Veillez à bien équilibrer votre menu en fonction des Indices Glycémiques (IG) de chaque aliment. Vous pouvez tout à fait manger une portion de riz blanc si vous l’accompagnez de légumes verts et d’un filet de poisson. En revanche, le dessert devra être léger. Envie d’une part de flan ? Remplacez le riz par des crudités.

- Eviter les aliments industriels: Ils contiennent beaucoup trop de sucres, leurs apports nutritionnels sont moindres et leur impact calorique maximum ! Cuisiner des aliments nature permet de mieux maitriser le contenu de son assiette.

- Préférer les surgelés aux conserves: La plupart des conserves proposent des produits cuisinés tandis que les surgelés offrent un choix plus large de consommables « bruts ».

- Intégrer au moins deux légumes par repas: Pour prendre soin de sa thyroïde, rien de tel qu’une assiette composée d’un légume cru, d’un cuit, d’une portion de protéine et/ou d’une céréale.

- Préférer les produits de la mer: Deux raisons à cela : ils ont un IG nul et comportent une quantité généreuse d’iode et de sélénium. Sources d’acides gras, ils contribuent de plus à notre santé cardiovasculaire. Un réel avantage pour toutes celles qui souffrent d’hypothyroïdie (déficit de la production d’hormone thyroïdienne), souvent en proie à une augmentation du cholestérol sanguin.

- Cuisiner à l’huile: Les dysfonctionnements thyroïdiens sont généralement sources d’anxiété. Pour protéger la perméabilité de vos parois neuronales, rien de tel que les acides gras essentiels issus des huiles végétales. Consommez-les crues de préférence. Pour la cuisson, privilégiez l’huile d’olive ou de colza en petite quantité.

- Privilégier les cuissons douces: Vous éviterez ainsi d’endommager les nutriments présents. Si possible, préférez les cuissons à la vapeur, au four (max 160°), à l’étouffée… Prenez également en compte le fait que la cuisson augmente l’index glycémique. A titre d’exemple, mieux vaut donc des carottes croquantes que des carottes bien fondantes.

- Réhabiliter les potages: Très simples à réaliser, ils vous permettront de varier les goûts grâce aux mélanges. Evitez toutefois les pommes de terre dont l’IG est trop élevé. Préférez leur les courgettes (IG de 15).

- Boire de l’eau: L’IG des jus de fruits et des sodas est relativement élevé, aussi mieux vaut les éviter. Quant à l’alcool, optez (si vous le pouvez) pour des produits de qualité comme le bon vin rouge ou le champagne car leur IG est bas.